Origine du projet :

Le développement urbain sans précédent dans le monde implique un accroissement ou une résurgence de nombreuses maladies (dengue, zika, etc.) causées par différents vecteurs, tels que les moustiques.  Il devient donc urgent de mieux comprendre ce phénomène mais aussi et surtout, de mieux et plus rapidement agir pour l’endiguer. Cependant, si les connaissances expérientielles de toutes les personnes concernées et impliquées dans cette bataille sont essentielles, il est aussi très important de mettre au jour les plus récentes données probantes produites par les scientifiques experts du sujet. C’est ainsi que TDR (le Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales (TDR) coparrainé par l’UNICEF/le PNUD/la Banque mondiale/l’OMS) a sélectionné en 2016 à un consortium de chercheurs coordonnés par Valéry Ridde pour produire un état des connaissances scientifiques. Ce collectif se nomme le consortium VERDAS.

Processus du projet:

Pour faire en sorte que cet état des savoirs réponde véritablement aux questions que se posent les décideurs et les intervenants, ils ont été impliqués dès le début du projet pour identifier leurs besoins en connaissances. Près d’une centaine de personnes dont 39 décideurs, 41 chercheurs et 3 personnes du secteur privé de presque tous les continents ont été impliquées à distance dans le projet. Ces personnes ont été sollicitées pour aider les chercheurs à cibler les thèmes pour lesquels il fallait réaliser des synthèses rigoureuses des données scientifiques disponibles.

Ces synthèses ont donné lieu à la publication d’une série d’articles scientifiques regroupés dans un numéro spécial de la revue Infectious Diseases of Poverty en accès gratuit. Avant d’être publiés, ces articles scientifiques ont été évalués par d’autres chercheurs experts du sujet, ce qui est le gage d’une certaine qualité de leur contenu.

 

Cependant, la recherche a montré depuis longtemps que les articles scientifiques ne sont pas les seuls outils pour favoriser la prise de décisions fondées sur des données probantes. Il est donc essentiel de produire d’autres outils plus adaptés et plus orientés vers la prise de décision. Les notes de recherche constituent un outil utile et efficace pour éclairer les politiques et les pratiques.

 

Ainsi, le consortium VERDAS a organisé deux ateliers (en Colombie en mars 2017 puis en France en août 2019) avec la présence d’une dizaine de décideurs et d’intervenants d’Afrique et d’Amérique Latine pour produire collectivement des notes de recherche issues de ces articles scientifiques. Chercheurs, décideurs et intervenants ont d’abord été formés en mars 2017 à la production de ce type de notes par un expert en transfert des connaissances de l’équipe (Christian Dagenais de l’Équipe RENARD). Puis, collectivement et selon les thèmes abordés par chacun des six articles scientifiques, ils ont rédigé une note de recherche. Chaque note a fait l’objet de commentaires de la part de Christian Dagenais, Valéry Ridde et Mariam Otmani del Barri, la scientifique responsable du suivi du projet au sein de TDR/OMS. Le dernier atelier en août 2019, organisé avec une ONG partenaire - SOLTHIS, a permis de regrouper de nouveaux chercheurs, décideurs et intervenants pour améliorer et finaliser collectivement, après une révision entre pairs, les six notes de recherche.

Consortium

VERDAS

© IRD – Anna Surinyach

Six notes de recherche :

C’est donc avec grand plaisir que nous mettons aujourd’hui à la disposition de toutes et tous, les six notes de recherche issues de ce travail de synthèse. Elles ont été rédigées avec un souci d’accessibilité, en réduisant au minimum le jargon. Dans la mesure du possible, elles ont été orientées vers l’action ou le soutien à la prise de décisions. Les décideurs internationaux, régionaux et nationaux pourront y trouver des pistes pour orienter les politiques et les normes publiques. Les partenaires techniques et financiers pourront y trouver des besoins en financement pour la recherche et l’action. Les intervenants de terrain pourront y repérer certaines actions plus efficaces que d’autres à mettre en œuvre dans leurs contextes. Ces notes sont tirées de synthèses des connaissances datant d’avant 2017 mais leur contenu reste évidemment pertinent. Bien sûr, compte tenu de la variété des sujets abordés dans les six synthèses, il n’a pas été possible de tout résumer dans ces notes, ni de toujours proposer des pistes pouvant guider la prise de décision. Mais nous pensons que leur mise à disposition dans un langage accessible après un travail de collaboration d’écriture entre chercheurs, décideurs et intervenants était essentielle à la réussite et la finalisation de notre projet. Les articles scientifiques ne peuvent être une fin en soi, même si nous les avons mis en ligne gratuitement. Ainsi, nous espérons que ces six notes seront utiles et que leur mise en ligne pourra contribuer à leur large diffusion.

 

Nous encourageons toutes les personnes concernées par la lutte contre ces maladies vectorielles à diffuser et discuter de ces notes afin d’éclairer leurs réflexions et prises de décisions.

Remerciements

Ces notes ont été rédigées collectivement. Chacune des notes a été rédigée avec le leadership de la personne qui a coordonné chaque article du numéro spécial de la revue Infectious Diseases of Poverty. Nous avons choisi de ne pas signer les notes et d’en laisser la signature au collectif, le consortium VERDAS.

Ce projet, incluant la production du numéro spécial de la revue et la préparation des six notes de recherche, a impliqué de nombreuses personnes. Outre tous les experts internationaux qui ont accepté de participer de manière anonyme à l’exercice de priorisation initial, nous tenons à remercier les personnes suivantes :

 

Lyda Osorio, Florence Fournet, Clara Bermudez, Celina Turchi, Mabel Carabali, Roch Dabire, Valéry Ridde, Emmanuel Bonnet, Fanny Cortes, Georges Dimech, Freddy Cordoba, Brice Bicaba, Boukary Ouedraogo, Mariam Otmani del Barrio, Stéphanie Degroote, Etienne Guillard, Franck Lamontagne, Sofia Meister, Brittany Cobb, Maeva Boileau, Sarah Louart, Frédéric Simard, Andrea Caprara, Frédéric Jourdain, Kate Zinszer, Laurence Campeau, Marcus Eder, Noêmia Teixeira de Siqueira Filha, Giovanny Vinícius Araújo de França, Cynthia Braga, Jonny Alejandro Garcia, Luis Gabriel Parra, Victor Garcia, Laura Torres, Jorge Marcos-Marcos, Antonio Olry de Labry-Lima, Silvia Toro-Cardenas, Marina Lacasaña, Perig Bouju, Christian Dagenais, Lucie Lechat, Carmen Sinti Hesse, Beatriz Parra

©2019 Équipe RENARD Recherche sur le transfert de connaissances. Design web Sophie Lavigne